Le marathon pour les nuls – Rome

Oui, oui, tout le monde est en mesure de s’inscrire à un marathon, de vivre le départ d’un marathon comme un sportif de haut niveau et d’aller simplement jusqu’où il peut. Vous pouvez le faire, et ça c’est déjà énorme !!!

[Avril 2016, marathon de Rome] C’EST DÉCIDÉ JE ME LANCE, avec la bénédiction de mon cardiologue, sans entraînement, pour le défi, parce que tous ces gens sportifs qui participent à des marathons me font rêver depuis des années.
Fin 2015 je fais quelques footings au parc de la Colombière, je termine un semi marathon tant bien que mal, et me fais une petite entorse sur un trail nocturne en décembre. Fin de l’entraînement ! Rien entre janvier et avril mais les billets d’avion sont déjà pris, l’inscription payée depuis août, alors ce départ du marathon de Rome, je veux le vivre !

Le matin même la ville est calme et le colisée que l’on contourne pour se rendre aux sas de départ est baigné dans une lueur douce. Tout le monde sourit et les selfies vont bon train !! Je prends même des gens en photo !!

LE DÉPART EST DONNÉ. Je l’imaginais brutal alors qu’il est tout doux, le temps que le peloton s’étire. Les larmes montent tellement je suis émue d’être là. Des coureurs de toute nationalité, de toute corpulence, même des personnes en fauteuils roulants poussées par des proches…. Le coureur de marathon n’a pas qu’un seul visage, le coureur de marathon c’est tout le monde !! Ce jour là c’est aussi moi.

Je cours les 5 premiers km à toute allure, heureuse, en oubliant qu’il en reste plus de 35… Au fond je n’imagine pas vraiment ce que ça représente 42km195… Et c’est peut être aussi bien !!!

J’arrive péniblement à 20km, mais à ce stade je ne veux plus renoncer : chaque ravitaillement est une corne d’abondance, la musique et les maillots colorés me portent, le soleil nous brûle. D’ailleurs je fronce sans arret les yeux, je me dis que j’aurais dû mettre une casquette !

Le passage vers le stand d’éponges imbibées d’eau me surprend. Je ne savais pas qu’il y avait ça sur les marathons ! Les éponges usagées recouvrent la route par centaines.

Des inconnus m’encouragent, même lorsque je marche. Sur un marathon, tout le monde veut que chacun réussisse. C’est puissant.

Après 6h de lutte, je franchis tout de même la ligne d’arrivée en courant, grâce à un inconnu qui m’a chopé la main dans le dernier km ! Il voulait qu’on finisse ensemble : en courant. Il ne parle pas ni anglais ni français. Sur ce dernier km nous communiquons par le regard et la pression de la main.

A l’arrivée on se fait une accolade, on se sourit, on ne se reverra jamais. Mais ce dernier km on l’a couru ensemble !!!
Un des plus beaux jours de ma vie !

Ps : quelques minutes après l’arrivée, mon corps ne répond plus ! Ma tête commence à tourner, je ne peux plus marcher, je passe au stand du massage mais mes jambes sont douloureuses à en pleurer. Je passerai 1h30 dans la tente des secours juste à côté de l’arrivée… Une perfusion d’anti-douleur plus tard et je peux enfin prendre ma photo devant le colisée avec la première médaille de ma vie !!! Heureuse comme si j’avais gagné !!!

Le bon plan !

Le hasard fait bien les choses, le soir du marathon, en marchant dans le quartier du mon Air bnb je tombe sur un restaurant

Go ! A toi de jouer !

Pour t’inscrire au marathon de Rome :

Le marathon a lieu chaque année début avril. Les inscriptions sont clôturées environ en décembre l’année précédente.

  1. Le certificat médical est obligatoire.
  2. Pour les non licenciés, l’achat d’une « run card » délivrée par la fédération italienne d’athlétisme est obligatoire. (environ 15 euros, valable 1 an). Le numéro de la run card sera nécessaire pour compléter l’inscription en ligne.
  3. L’inscription au marathon se fait en ligne sur le site du Maratona di Roma. (les tarifs augmentent au fil des mois. J’avais payé 90 euros)

Ben voilà, il n’y a plus qu’à courir maintenant 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *